Pourquoi ce site perso.

Ce site exploite le média qu'est l'Internet pourque je puisse faire part de mes idées, événements dont je suis témoins, réflexions que j'estime utiles à partager... Il est un mélange de blog et de site Web.


31/3/2014 - Hollande dissout l'Assemblée ?

Si Hollande était futé il dissoudrait l'Assemblée. Pourquoi ? Pour se faire réélire en 2017.

A l'issu des municipales j'anticipe deux scénarii :

  • Le premier, ce que les media proclament, il remanie ses troupes et continue sa politique, ce qui n'apportera probablement aucunes solutions aux problèmes de fonds. Il continuera ses annonces dont les effets sont surtout médiatiques mais qui sur le fond ne changent rien, le chômage s'aggravera, le déficit grandira, il sera obligé d'augmenter les impôts et en 2017, il ne sera pas réélu. Ce scénario est un boulevard présidentiel pour la droite.
  • Deuxième scénario, il dit aux français qu'il les a entendus et écoutés, et donc qu'il dissout l'Assemblée pour que le peuple soit en mesure d'élire l'équipe qu'il jugera le plus apte à gouverner le pays. Il est évident que lors des élections législatives qui en résulteraient la droite reprendrait le pouvoir avec un peu plus de FN. Copé ou Fillon, pas Jupé, serait Premier Ministre et vu l'état actuel de la droite ce sera la cacophonie pendant 3 ans. Malheureusement je doute qu'un cocktail de droite pluriel : une grande dose de l'UMP qui lui-même est pluriel, un peu de FN, et une pincée de Bayrou, tout ceci couplé à un président de gauche, puisse sur 3 ans redresser la barre. Donc lors des élections présidentielles de 2017, Hollande, qui se sera mis en coulisses 3 ans, aura remonté la pente de popularité et pourra claironner, voyez chers concitoyens, a quel point la France est mal dirigée, je vous ai compris, votez pour moi. Les mémoires sont courtes, Hollande repasserait presque à coup sur.

Voilà, j'attends avec impatience Dimanche soir car je pense que ce ne sera que dimanche qu'Hollande s'adressera aux français pour leur dire ce qu'il a décidé d'entreprendre suite aux choix électoraux municipaux des français.


31/3/2014 - Quel gouvernement pour la France.

Les municipales derrière nous, que dire ? Pour la gauche un fiasco. Comment ne peuvent-ils pas comprendre que le problème de la France est structurel. Nous croulons de part un état d'esprit qui conduit à l'hyper complexité administrative, un principe de précaution exacerbé qui nous pourrit la vie, un système de gouvernance mille feuilles aux redondances multiples qui coûtent très cher… Tant que ces états de fait ne seront pas corrigés, que ce soit la droite ou la gauche, nous continuerons à nous enfoncer économiquement dans une injustice qui pénalisera de plus en plus toutes les classes sociales.

Le chômage continue d'augmenter malgré toutes les mesures de notre gouvernement de gauche qui s'enorgueillit de son esprit de justice sociale. La question du pourquoi de leur incapacité à résoudre le problème est pourtant simple. Nos dirigeants n'ont pas compris qu'il faut encourager les forces vives de notre nation et non leur mettre des bâtons dans les roues. Pourquoi tant de jeunes fuient-ils vers l'étranger ? Pourquoi est-il si compliqué de créer et faire tourner une entreprise en France ? Pourquoi la moindre initiative créatrice se heurte-t-elle à une complexité administrative sans égal en Europe ? Pourquoi 57% du PIB sert-il à payer l'état alors qu'en Allemagne 45% suffit ? Et la liste pourrait continuer.


La cadrature du cercle..

Nous sommes intelligents, éduqués, nous avons le recul de l'expérience, et pourquoi donc sommes nous incapables de résoudre nos problèmes fondamentaux de justice sociale. Par justice sociale j'entends le maintient d'un environnement qui fournisse à chaque citoyen l'opportunité de se réaliser, donc une certaine dose de liberté, la capacité de trouver un emploi en accord avec ses compétences, l'espoir de voir son quotidien s'améliorer comme fruit d'un effort personnel…

La France et la plupart des pays d’Europe se trouvent dans une situation inédite. La montée en puissance économique du monde non occidental plus la mondialisation ont rendu les pays du tiers monde et les grands comme l'Inde, la Chine, Taiwan, le Japon, l'Indonésie, la Thaïlande… de plus en plus compétitifs. Entre temps les pays européens se sont en sclérosés. Leur manque de compétitivité, de plus en plus marqué au fil des années s’est traduit par des pertes d’emplois dans les industries à contenu de main d’œuvre non qualifiée élevé. Cette augmentation structurelle du chômage a été absorbée dans beaucoup de pays par des politiques d'assistance chômage généreuses donc une augmentation des déficits et par voie de conséquence, une part de plus en plus importante des budgets nationaux au service des dettes nationales. Et si l’on ajoute à ce déséquilibre une gestion inefficace des finances publiques, de la corruption, des passes droits massifs, une économie parallèle au noir massive…

Nous sommes aujourd’hui arrivés à un paroxysme. Il suffit de voir ce qui se passe en Grèce, en Espagne, même en France. Le chômage progresse; les finances publiques dérapent; les impôts ne cessent de croitre… et les pays ne disposent plus du levier endettement pour stimuler la croissance via des investissements. Et nos dirigeants (les sarkollandais) ne peuvent ou ne veulent pas affronter le fond du problème. Et pourtant, il existe des vérités inéluctables vis-à-vis desquelles nos pays européens devront tôt ou tard se plier :

  • Retraite – plus on vit longtemps, plus il faut travailler longtemps pour que ceux qui travaillent puissent financer ceux qui ne travaillent pas. C’est mathématique. Si une personne à une espérance de vie de 80 ans et ne travaille que 40 ans, la moitié de ses revenus lorsqu’il travaille doit servir pour financer ses 40 ans d’inactivité, 20 pour l'éduquer, et 20 pour sa retraite.
  • La quantité de travail n’est pas figée – Une personne qui créer de la valeur par son travail fournira à une autre personne de la valeur que cette autre personne pourra elle-même utiliser pour créer de la valeur, et ainsi de suite. Alors qu'une personne qui ne créer pas de valeur, un rond point dans une ville sans intérêt touristique, un concert sans clients pour l'écouter… sera un travail à fond perdu.
  • Investissements productifs - Il faut favoriser les investissements générateurs de valeur ajoutée. Par cela j’entends des investissements dotée d’un effet multiplicateur. La formation professionnelle bien pensée, par exemple, se traduit par une amélioration de la population via sa capacité de créer de la valeur ajoutée. A contrario, des investissements dans des ronds point paysagers élaborés dans un quartier perdu qui coutent des petites fortunes sont des pertes sèches car aucune valeur ajoutée significative n’est créée. Il suffit de rouler un peu dans nos villes pour percevoir à quel point les municipalités investissent dans des infrastructures routières qui n’apportent aucune valeur ajoutée. C'est joli mais cela ne profite qu'à la population locale qui aurait certainement préférée s'en passer et payer moins d'impôts. Par contre un rond point paysager dans un site touristique qui nous apporte des touristes, certainement. Il s'agit d'un état d'esprit. Il faut investir productif et non dépenser tout court.
  • Coûts sociaux – des segments importants de notre population, sans les nommer, vivent au crochet de la majorité travailleuse qui paye des impôts. Il s'agit d'une véritable injustice sociale vis-à-vis des populations travailleuses. Qu'une frange de la population vive au crochet d'une autre n'est pas justice sociale. Manque de courage politique, un certain humanisme naïf, une vision du social un peu trop généreuse… Les coûts sont énormes. Nous n'en avons pas les moyens.
  • Infrastructure PME – il subsiste dans notre pays de bonnes conditions pour que les méga entreprises puissent prospérer. La preuve : EADS, Thales, ADP, Michelin, Total, Société Générale, AXA, France Télecomm maintenant Orange, Renault, PSA, Auchan, Intermarché, Air France, Air Liquide, tous des leaders mondiaux et la liste continue. Mais pour les micro, très petites et petites entreprises, la France est un véritable parcours du combattant. La différence entre la France et l'Allemagne se situe bien par rapport à ce secteur. Il n'est pas étonnant que beaucoup de nos jeunes entrepreneurs optent pour l'étranger. Londres serait en passe de devenir une des grandes villes françaises. On parle de 100 000 français à Londres ? C'est important surtout si l'on considère que ceux sont surtout des personnes très qualifiées, donc une perte sèche pour la France.

Pourrions-nous parler d"un mal français ? Par cela j'entends ce besoin de nous sentir protégé dans toutes les facettes du quotidien, sommes nous suffisamment assurés contre tous les risques de la vie ? L'État doit-il se porter garant de tout ce qui nous concerne ? En définitive le français moyen ne veut pas prendre de risque, et ceci dès le plus jeune âge. Il est quand même extraordinaire que nous ayons eu des grèves de lycéens concernant des questions de retraite. A leur âge je pensai à ce que j'allais faire, quelle carrière, où, la retraite c'était loin. Et que dire de ceux qui cherchent à se caser dès le départ comme fonctionnaire pour la sécurité de l'emploi ? Où est l'aventure, le défi, l'initiative ? Nous souffrons vraiment d'un problème majeur. Et que dire de l'ENA et nos élus ? Ont-ils le sens des réalités ? Certainement pas.

En définitive je pense que les français souffrent de blessures très profondes suite aux multiples traumatismes qu'ils ont vécu, en commençant par la révolution française, Napoléon qui à tué une bonne part de la population masculine française, les révolutions/guerres du 19ème siècle, les premières et deuxièmes guerres mondiales, puis l'Indochine et l'Algérie. Tout cela laisse des traces. Pas étonnants que ni la droite ni la gauche n'arrivent à les inciter à se doter de gouvernants plus enclin à adopter des politiques courageuses, plus d'incitations, moins d'assistanats, et haros aux abus de tout genre que nous payons avec nos impôts.


3/4/2012 - Peste ou Choléra (suite).

Il est évident que les 15 propositions que je juge nécessaires pour sauver la France sont politiquement intenables. Les français n’éliront jamais un candidat qui fait de telles propositions, ce qui nous conduit à une impasse. Comment la France va-t-elle se redresser ? Compter sur le corps électoral pour choisir le candidat qui fera le boulot est illusoire - alors que faire. La réponse est RIEN.

NE RIEN FAIRE, les français éliront donc la peste ou le choléra, peu importe - les différences de programmes entre NS et FH sont mineures au regard des enjeux et des solutions radicales qui s'imposent. Dans cinq ans nous serons en bien plus mauvaise posture qu’aujourd’hui, surtout si FH passe, car il dépensera plus que NS et précipitera alors une crise européenne et financière plus tôt que si NS passait, mais avec l’un comme l’autre, nous allons vers une catastrophe économique style ’39.

Il nous reste donc à nous préparer tranquillement pour subir l’assaut de plus d’impôts, moins de revenus, et éventuellement subir des troubles civiles style ’68 ou pire.

En ce qui concerne les retraites, pourquoi définir un âge de retraite ? Autant continuer à cotiser, ceux qui veulent leur retraite à 60 ans l'auront, mais leur retraite sera inférieure par rapport à celles de ceux qui la prendrait à 70 ans. D'autre part, nous devrions compter les années d'études comme des années travaillées sur une base forfaitaire. Pourquoi pénaliser celui qui fait un BAC + 8 par rapport à celui qui commence à travailler à 18 ans ? Ne se sacrifie-t-il pas pendant 8 ans à ne rien gagner en accumulant des compétences rares et utiles à la nation ?


3/4/2012 - Peste ou Choléra.

Nous sommes en pleine campagne pour les élections présidentielles, et ce que j'entends m'accable.

Alors que la France se prépare à subir les conséquences de 30 ans de dépenses publiques débridées qui nous conduisent inexorablement à une situation économique à la Grecque, nos candidats se lancent des petites phrases assassines, promettent ce qui ne peut être tenu, font la guerre aux riches alors que nous souhaitons tous l’être un jour à en juger par le succès du Lotto, que de formules démagogiques qui ne s'adressent pas aux vrais problèmes de la nation…

Le Français semble hériter de par les invasions qu'il a subit sur un siècle et demi ('78, '14 puis '39) un besoin viscéral de se sentir en sécurité. Il est quand même grave de constater que des lycéens se polarisent sur des problèmes de retraite et que le job qu'ils rechernent le plus serait un job comme fonctionnaire pour des questions de sécurité alors qu'il devrait manivester un anthousiasme pour se lancer dans la vie active, une curiosité, un volonté de projets, la recherche de l'aventure... Ses peurs que nous pouvons qualifier d'ancestrales, nous ont conduit à un système d'institutions ultra protectionistes, un code du travail qui bloque les initiatives, une réticence à l'embauche dont le résultat est un chômage structurel persistent...

Nous avons au fil du temps hypothéqué l'avenir de nos enfants et voilà que nous y sommes, nous ne pourrons bientôt plus payer nos dettes et continuer de financer notre système trop généreux. Nos candidats en sont arrivés à faire des promesses ubuesques, NS qui pousse vers le protectionnisme en menaçant Schengen, FH qui déclare la guerre aux banques et aux riches avec sont taux de 75%, et les autres qui promettent tout et n'importe quoi. Le seul qui reste raisonnable, FB, n'est pas écouté et subit des pronostiques assez décevant. Et que dire du choix des écologistes qui ont choisi EJ en lieu de NH ? Et pourtant la planète est bel et bien menacée mais cela ne fait pas partie de l'enjeu de la campagne présidentielle.

Pour qui voter ? Qui va nous sortir de ce marasme dans lequel nous nous enfonçons ? Nous souffrons de plus de protectionnisme, de plus d'impôts, de plus de contrôles, de plus de lois qui rendent la vie de plus en plus complexe. Faudrait-il tout casser pour refaire à nouveau ? Et pourtant le seul système qui semble plus ou moins marcher est bien ce capitalisme plus ou moins libéral fondé sur un état de droit alors que les systèmes dit humanistes d'économie dirigée comme le communisme conduisent inexorablement à deux classes, les dirigeants dotés de passes droits et les masses travailleuses vivant juste au dessus du seuil de pauvreté - voir l'ex URSS, Cuba, l'ancienne Albanie, la Chine de Mao. Et pourtant des hommes et des femmes intelligentes continuent de prêcher en faveur de tels systèmes. Je ne les comprends pas.

Peste ou choléra ? Je pense vraiment que nous arrivons à une impasse et que nos dirigeants, pourtant expérimentés, ne semblent pas vouloir prendre les mesures radicales qui pourraient empècher une crise majeure, pire que celle de '39. Ceci dit, que faudrait-il faire pour assurer l'avenir ?

  1. Pousser vers un véritable état de droit via la séparation des pouvoirs - exécutif, législatif et judiciaire avec des dotations budgétaires suffisantes pour assurer leur indépendance et bon fonctionnement - ceci implique une modification importante de la constitution. Nous sommes actuellement dans un contexte de république monarchique.
  2. Legislature - mettre en place un véritable système bicaméral - l'assemblée en proportionnelle, le sénat avec 2 sénateurs par région, l'un servant de contre pouvoir de l'autre.
  3. Faire le ménage dans nos dépenses - moins de ronds points paysagers, supprimer un ensemble de passes droits divers, réduire le nombre d'élus, supprimer les départements en faveur d'un système de régions, supprimer toute une série de subventions diverses et variées,... Concentrer le budget sur l'essentiel : santé, éducation, infrastructures essentielles...
  4. Moins harceler la population - contrôles radars automobiles, Fisc, RSI, URSAFF - trop de complexité, simplifier véritablement la mise en place de micro et petites entreprises - l'auto-entrepreneur est un bon début mais nettement insuffisant et truffé de pièges. Inciter à l'initiative.
  5. Libéraliser le code du travail - il faut que les entreprises puissent embaucher et débaucher plus facilement - trouver un job serait alors beaucoup plus facile.
  6. Inciter les entreprises à investir massivement en formation pour adultes - les techniques et le paysage économique évoluent très rapidement, il faut que les salariés puissent s'adapter rapidement.
  7. Augmenter l'âge de la retraite radicalement, au moins 65 ans - il faut bien que ceux qui travaillent financent l'ensemble des besoins de la population. Et si nous vivons de plus en plus longtemps, il faut bien financer ces années de vie supplémentaires.
  8. Mettre l'accent sur les énergies renouvelables non polluantes - isolation, géothermie, éoliennes, marées, vagues de la mer, photovoltaïque... Investir massivement sur la technologie des batteries et mise en place réseaux alimentation pour l'automobile.
  9. Améliorer massivement le transport en commun dans nos grandes villes - les jobs sont en ville alors que les habitations sont à l'extérieure. Ceci améliorerait la qualité de la vie, la productivité, et le pouvoir d'achat par une baisse sur notre consommation énergétique.
  10. Arrêter progressivement le nucléaire (40 ans) cause dangerosité latente (Trois Milles, Tchernobyl, Fukushima) et problèmes de stockage des déchets.
  11. Encadrer et contrôler notre industrie alimentaire - moins de chimie, formation diététique dès les plus jeunes ages...
  12. Immigration - véritable programme d'immigration choisie - nous ne pouvons continuer à être une terre d'asile, l'humanitaire a ses limites.
  13. Europe - harmonisation nécessaire - il y a trop de disparité entre les pays riches et les pays pauvres. Nous ne pouvons pas demander aux membres riches de subventionner les membres pauvres comme cela se fait actuellement pour la Grèce.
  14. Commerce internationale - Nous jouissons d'entreprises très performantes niveau CAC 40 par contre les PME sont en reste quant à l'export. Il faut entreprendre un véritable programme export : enseignement des langues, principalement anglais et chinois, mise en place de missions commerciales performantes - expos, séminaire, aides à l'implantation, conseils juridiques locaux.... Il s'agit d'un programme sur le long terme par tranche de 5 ans.
  15. Entreprendre une véritable défense de l'environnement à l'échelle nationale et internationale - nous avons atteint les limites sur ce que la terre peut endurer. Les russes, américains, chinois, indous et autres ne peuvent impunément détruire leur territoire, il faut trouver un terrain d'entente à l'échelle mondiale.

Voilà, nos candidats n'évoquent pas ces sujets pourtant fondamentaux. C'est le pourquoi du Peste ou Choléra puisque l'élection va se jouer vraisemblablement entre NS et FH. Ni l'un ni l'autre adressent ces sujets pourtant fondamentaux.


 

4/2/2012 - Ma maison est devenue soudainement inconstructible !@*#§

Mais qu'est-ce que nos élus ont dans le crâne ? Sur l'ensemble notre pays est assez bien administré lorsque nous regardons ce qui se passe ailleurs. Mais parfois ils prennent des décisions aberrantes, à croire qu'ils sont restés dans l'abstrait, n'ayant jamais mis les pieds sur le terrain. Souvent ce manque de contact avec la réalité ne se traduit pas par des conséquences particulièrement dommageables pour les administrés, mais de temps en temps, ils mettent vraiment les pieds dans le plat, ce qui m'a incité à vous raconter ce qui se passe dans la commune de Jouars-Pontchartrain, où j'habite, et dans d'autres communes des Yvelines.

Vu l'expansion démographique de l'Ile de France, les communes sont tenues à faire évoluer leurs PLU (Plan Local d'Urbanisme - anciennement dénommés POS Plan d'Occupation des Sols). Parmi les dispositions prises, une en particulier est particulièrement ubuesque. Il s'agit d'une règle simple - toute zone située à moins de 50 mètres d'un bois/forêt de plus de 100 hectares est déclarée inconstructible. Cette règle découle de bonnes intentions, il s'agit de protéger les bordures des grandes zones boisées. Nous imaginons que la règle fut définie pour contrôler l'évolution de la transformation de zones agricoles en zone constructibles ce qui en soit me semble une bonne chose. Certes elle sert à cela. Mais ceux qui ont pondu la règle n'ont émis aucuns dictas sur sa mise en application. Résultat, mon terrain de 2000 mètres sur lequel se trouve ma maison est devenu inconstructible, ainsi que les terrrains d'environ 160 autres habitants de Jouars-Pontchartrain.

  • En poussant à l'extrême, si le terrain est déclaré inconstructible, faut-il détruire la maison qui s'y trouve ? Comme cela a été fait sur les terrains déclarés inondables suite à la tempête Xantia,
  • En cas d’incendie/destruction partielle ou totale de la maison, qu’en est-il de la reconstruction de la maison ? Car il faudra un permis de construire pour engager les travaux, et les fonctionnaires de la préfecture vont-ils approuver une demande de permis de construire sur un terrain non constructible ?
  • Assurances – que remboursent-elles si la maison est déclarée inconstructible ?
  • Valeur marchande – forcément réduite car beaucoup achètent le terrain quitte à démolir l’existant, tout ou partiel, et reconstruire, ou alors morceler le terrain pour construire une deuxième maison....
  • Tout un segment de marché disparait. Le terrain et la maison sont dévalorisés.
  • Améliorations – impossible car l’existant reste figé.
  • Qu'en est-il du passé - un terrain est achète avec des perspective d'évolution sur le moyen terme, sur le long terme par rapport à ses enfants. Ces plans sont réduits à néant.
  • A ceci il faut évoquer le sort de ceux qui ont acheté un terrain en but d'y construire ultérieurement, un placement pépère non spéculatif. Et pouf, d'un coup de dicta autoritaire, ce qui a été chèrement acquis se voit réduit à néant, sans parler de ceux qui ont levé un crédit pour l'achat du terrain, qu'ils doivent obligatoirement rembourser alors que le terrain ne vaut plus rien.

Autour de moi, je connais une personne qui a acheté un terrain pour y construire une maison pour ses enfants. Ce rêve est terminé. Un deuxième cas, un jeune couple achète un terrain pour y construire leur pavillon - pareil, inconstructible donc pas de permis de construire. Un troisième cas, un jeune couple achète une petite maison et veulent l'agrandir avec l'arrivée d'un enfant, niet - pas possible. Quant à revendre un terrain, combien vaut un terrain sur lequel on ne peut rien faire sauf à l'utiliser comme jardin potager ?

Quoi faire ? Et bien cela ne se passera pas sans une action ferme et collective de ceux qui se trouvent injustement lésés par cette décision non réfléchie. Nous commencerons par :

  • réunir quelques un d'entre nous pour constituer un comité d'action. Je me porte volontaire pour en faire partie,
  • recenser ceux qui sont concernés par ce dicta absurde - nous estimons à 160 propriétaires sur Jouars-Pontchartrain (60 à la Dauberie, 25 à Ergal et 25 à Pontchartrain et 40 à la Richarderie),
  • maintenir notre Maire Madame Roquelle et notre responsableService Instructeur urbanisme M. Druais informés de nos actions,
  • informer tous ceux qui sont lésés par ce dicta sur ce qui leur arrive car beaucoup ne sont pas au courant,
  • informer la mairie de la constitution d'un groupe représentatif des intérêts de tous ceux qui ont été lésés par ce nouveau PLU projeté,
  • rechercher des situations analogues dans d'autres communes afin d'étendre notre action,
  • écrire à la mairie et au préfet pour l'informer de nos oppositions,
  • faire des actions de presse pour informer le public de cette aberration administrative,
  • organiser une pétition signée par les personnes concernées,

Actuellement le calendrier est serré. Malgré le fait que l'existence de ce plan ait été porté à la connaissance des administrés, seuls ceux qui avaient des terrains agricoles voulant les transformer en constructibles ne se sentaient concernés. Aucun d'entre nous n'a imaginé un seul instant que des terrains constructibles depuis des décennies, voir plus d'un siècle, seraient subitement déclarés non constructible.

Ce n'est que grâce au fait qu'une personne lésée par cette décision ait découvert la chose tout à fait par hasard que l'alerte a été donnée. Il a averti jeudi soir (2 février 2012), avant dernier jour de la consultation publique, par tracte dans les boîtes aux lettres, de la situation. C'est comme cela que j'ai pris connaissance du problème. Plusieurs d'entre nous nous sommes donc rendus à la mairie de Jouars-Pontchartrain vendredi 3 février, dernier jour de la consultation publique, donc in extremis, où se trouvait le commissaire enquêteur, afin d'exprimer officiellement nos commentaires et notre opposition à la chose.

D'ici un mois il faudra que nous aillons accomplis tout ce que j'ai énuméré ci-dessus quant aux actions à mener.
Je vous demande donc, si vous êtes concernés ou être prêt à défendre vos intérêts et ceux de toutes les personnes qui se trouvent dans un cas similaire dans d'autres communes de bien vouloir m'écrire par mail à micheled01@md-dsl.fr .

Contact : micheled01@md-dsl.fr


 

 

Pour tous commentaires ou suggestions concernant ce site écrivez nous à Site perso de M. Il n'a comme objectif unique celui de commenter divers aspects de notre vie quotidienne que ce soitdans les domaines économiques, politiques, sociologiques ou autres. .


Cette page et son contenu sont protégés par Copyright © 2008-2011 du/de la propriétaire du site.